Logo Hebdo des Notes

Abonné



Identifiants perdus ?
roslend

Union Nationale Culture et Bibliothèques Pour Tous
Union Nationale Culture
et Bibliothèques Pour Tous

18 bis rue Violet, 75015 Paris
Tel : 01 58 01 10 20
Fax : 01 58 01 10 21

> Analyses > Adultes > Fiction > Romans étrangers > La goûteuse d'Hitler

La goûteuse d'Hitler

La goûteuse d'Hitler

La goûteuse d'Hitler
Trad. de l' italien par Dominique Vittoz.
Paris : Albin Michel, 2019
383p.

ISBN : 978-2-226-40185-4
22.00 € TTC

Désigné livre du mois dans la revue Avril 2019
Désigné livre du mois dans la revue Avril 2019

Mise en ligne le 05/02/2019

A l’automne 1943, Rosa Sauer, après le départ de son mari pour le front russe, quitte Berlin bombardé. Cette belle et élégante secrétaire de vingt-six ans part vivre chez ses beaux parents qu’elle connaît à peine. Leur ferme, au fin fond de la Prusse orientale, est à proximité immédiate du QG d’Hitler de Rastenburg, la fameuse Tanière du Loup cachée dans la forêt. Des SS viennent chercher Rosa. La voilà, enrôlée de force moyennant un petit salaire pour être une « goûteuse » des repas du Führer que l’éventualité d’un empoisonnement obsède. Elles se retrouvent chaque matin à une dizaine de femmes dans une école transformée en réfectoire, la peur au ventre. Pour elles, c’est à la fois une chance car la faim les tenaille et un cauchemar car chaque repas peut être le dernier sous le regard sévère, égrillard ou méprisant des SS. La rencontre d’une châtelaine locale, l’arrivée d’un nouveau lieutenant, l’attentat commis par Stauffenberg contre le QG et la fuite précipitée d’Hitler changent l’existence de Rosa, pour le meilleur comme pour le pire … 

Rosella Postorino s’est inspirée pour ce roman d’une histoire vraie, celle de Margot Wölk qui ne la révéla qu’en 2013 au Daily Mail mais que l’auteure ne put rencontrer avant sa mort. L’intérêt majeur du roman tient à la puissance d’évocation de ce quotidien de femmes très différentes, depuis les bonnes nazies jusqu’à la juive clandestine, toutes tétanisées par l’angoisse. Rosa, en particulier, est considérée avec suspicion et hostilité par la plupart de ses comparses. Elles vont se chamailler, s’aimer, se haïr, s’entraider aussi avec, omniprésent, le sentiment de culpabilité confronté à l’instinct le plus basique : un égoïste désir de survie.

Tous les personnages du roman se débattent dans un contexte historique très documenté. On en apprend du nouveau sur Hitler, ses fantasmes « et ses tripes », lui qui n’apparaît qu’en filigrane des pages tel une ombre maléfique. Un récit envoûtant, d’autant plus poignant qu’il repose sur des faits ignorés pendant plus de cinquante ans et, dorénavant, inoubliables. (B.D., B.T. et C.G.)