Logo Hebdo des Notes

Abonné



Identifiants perdus ?
phobie

Union Nationale Culture et Bibliothèques Pour Tous
Union Nationale Culture
et Bibliothèques Pour Tous

18 bis rue Violet, 75015 Paris
Tel : 01 58 01 10 20
Fax : 01 58 01 10 21

> Analyses > Jeunesse > Livres d'images > de 3 à 6 ans > Comment élever un Raymond

Comment élever un Raymond

Comment élever un Raymond ill. de Marie Dorléans

Comment élever un Raymond
Illustrateurs : DORLÉANS Marie
Paris : Éditions Sarbacane, 2018
n.p.

ISBN : 978-2-37731-083-8
14.90 € TTC

Désigné livre du mois dans la revue Septembre 2018

Mise en ligne le 10/07/2018
Qui est ce Raymond, cet inconnu empaqueté de blanc, impossible à déloger quand il aura passé le seuil ? À demi-mots, nous voilà prévenus : une nuit bleue de l’été peut chambouler la vie des occupants de la maison, le chat et ses deux maîtres. Car un Raymond crie quand il a faim, casse tout sur son passage, martyrise le chat, impose aux adultes des jeux idiots, des nuits tronquées… La vie d’avant passée à courir le monde d’aventure en aventure est reléguée au rang de souvenirs affichés sur les murs du salon. Désormais c’est autour du Raymond que famille et amis font cercle. Le temps passe. Le voici, grand échalas affalé sur le divan, entouré, pour faire bon poids, d’autres Raymond tout aussi hirsutes et dégingandés. Puis il disparaît, laissant pour trace de son assez long passage photos et nostalgie. Alors, plus jamais de Raymond ? La vie a plus d’un dans son sac…

 

 

Agnès de Lestrade raconte le bouleversement que constitue l’arrivée d’un enfant. Sujet classique mais  traité avec quelle originalité ! L’idée astucieuse qui fait gag est de ne montrer le Raymond qu’aux deux-tiers de l’album quand ses jambes d’adolescent  sont assez longues pour  se poser sur la table du salon. Au lecteur de s’interroger. Guidé par des indices explicites, comme une brassée de biberons, il devine vite de qui il s’agit, s’amuse de cette ruse d’écriture et de l’éclipse du héros, deux pages avant la fin, pour un retour en gloire, un nouveau Raymond dans les bras. Et voici rejouée  la scène initiale comme si le livre rembobinait le scénario. Entre-temps, une succession de saynètes drôles énumère les dégâts provoqués par le jeune perturbateur ; elles alternent avec des portraits en gros plan où se lisent la perplexité, le désarroi, et finalement la tendresse de ceux dont Raymond a fait des parents : l’expressivité de leurs yeux ronds fait merveille ! L’histoire, pleine de malice, bénéficie de la complicité entre auteure et illustratrice. Elles donnent à elles deux un contenu de vie à cette chronique. Loin de n’être qu’illustratif, le dessin de Marie Dorléans participe pleinement à la narration, ajoutant ici et là le détail qui enrichit le texte : ainsi des scènes de groupe, des postures, des éléments du décor. Son écriture précise diversifie les émotions : le trait fin qui dessine les personnages leur donne une rigidité à la Tati, manière de peindre ces touchants maladroits, comiquement empêtrés dans leur nouveau statut.

C’est une belle aventure que raconte cet album : clin d’oeil pour les aînés à leurs  classiques de puériculture, il amusera les plus jeunes, ravis de découvrir le vent de folie qu’ils ont fait souffler  dans la vie  de leurs parents.  Un moment de plaisir à partager en famille. (C.B et A.M.R)